Le Kit de survis de la PMette…

Un matin, en quittant  la maison avec mon Big-Bag  accroché a mon bras je me suis dit : BDM (Bordel De Merde) pourquoi es-tu si lourd Mr le sac-a-main ?

En arrivant bonne dernière comme d’habitude au bureau, (à croire que ma collègue dors à même le sol dans son bureau. Vu l’odeur  qu’elle dégage, je commence a douter) Enfin bref je m’égare,  j’ai voulu attraper mon portable au fond du « dit sac », et je me suis rendu compte que là aussi j’étais différente. Quoi qu’est ce qu’elle raconte encore Flippette ???

Je m’explique : j’ai constaté que  le contenu de mon sac est un chouille différent du sac à main de la fertile que je croyais être avant. Non pas, parce que nos sacs à mains sont plus lourds que les super-fertiles  hein! Fô pas déconner non plus ! (On se déplace pas encore avec notre glacière contenant nos injections de Gonal ou d’Ovitrelle au caz’ou). Mais j’ai constaté que son contenu est bien différent de jadis ou j’avais encore la bouche en cœur et du papier toilette blanc et les fonds de culottes encore neufs.

Désormais, ou plutôt depuis que je suis passé du coté des « pas fertiles pour un sou », en ouvrant mon sac à main, tout d’abord, je fais extrêmement attention à ne jamais le renverser, ne jamais m’en éloigner et  à ne jamais trop  l’ouvrir de peur que quelqu’un jette un œil a l’intérieur. Trop peur qu’on entr’aperçoive un millième-d’un-quart-de-seconde une ordonnance ou qq chose d’autre qui mette au grand jour mon infertilité.

Bon à vous dire à quel point je suis ravagée du bulbe car y’a environ  0.005% de chance que mes collègues de 58 et 20 ans sachent ce que c’est.  Moi même  y’a à peine qq temps  de ca si j’avais lu sur une ordonnance enfouie dans un sac a main d’une collègue « Gonal » « Ovitrelle » etc j’aurai été incapable de savoir ce que c’était.

Bon pour en revenir au contenu de mon sac à main, j’ai aperçu deux trois objets qui m’ont fait prendre conscience d’une chose :  avant j’avais pas tout ca avec moi. Mais ca c’était avant.

– Un calendrier bourré de RDV raturé corné, avec les numéros de tel importants, les dates d’ovulation, des J1, des J4 des J8 etc… protegé dans un sachet zip de peur qu’il ne s’abime (wouiiii madame).

– Ma « boite-boite à serviettes de secours » pour le coulage de progestérone, glaire etc…règles qui débarquent n’importe quand n’import ou.

– Les « lingettes-rafraichissantes-de-minou » pour avant les échos endo ou sait-on jamais une echo surprise au bureau …

– Mes « cachets d’acide foliques » que je prends uniquement quand je tombe dessus, je l’avoue. J’ai du en avaler des tonnes et des tonnes sans que ca change qq chose alors…

– Mon « chargeur de portable »  que j’ai acheté en double, dont un exemplaire est dans le tiroir de mon bureau…car trop peur de tomber en rade et de louper un appel du centre, alors qu’avant je le coupais des que je franchissais la porte du bureau.

– Toutes mes ordonnances au cas ou (au cazou quoi ? je sais pas).

– Tout l’attirail « pas-payer-médicament-moi » (carte vital, carte mutuelle, formulaire 100%)

– Ma carte de groupe sanguin, pourquoi ? (ba je sais pas, au cazou on devrait me faire une transplantions d’ovocyte tout frais-tout beaux sur mon bureau ?)

Et vous qu’est ce qui a changé dans votre sac à main ? Si sac à main vous zavez bien entendu

 See U Soon

Publicités

Mon combat pas le sien

Tout c’est fait petit à petit. Gentiment mais sûrement. Je m’étais fait à l’idée. Je vous épargne le récit des soirées qui ont suivies. Mornes, plus aucune communication, plus aucun échange. Un froid glacial s’est installé, sans mème qu’il me demande ce qui n’allait pas. Que voulez vous en conclure ? Dites-moi ce qu’on peut penser dans ces moments là ? Me suis dit que finalement, javais raison, il n’en avait plus rien a foutre, de moi, de mes états d’âmes et de mon rêve.

Je me suis mise à ne plus  supporter sa présence. Ma rage envers lui grandissait quand je le voyais continuer à vivre alors que moi je souffrais et qu’il ne prenait même pas le temps de me parler. Comment peux ton avoir aimé qq’un aussi fort et le détester ainsi ?

Impossible de lui pardonner quelque chose qu’il n’avait pas faite. Oui bizarre cette phrase, mais à l’époque elle résumait bien la situation . Mr Bogoss ne faisait rien et je n’arrivais pas à lui pardonner de ne rien faire. Imaginez, vous subissez inlassablement tous ces examens toutes ces ponctions tous ces transferts tous ces échecs et de ne jamais en parler une fois la porte de chez vous refermée. Une torture pour moi de ne pas pouvoir « de-briffer » après chaque rdv en PMA. J’étais consciente que le mutisme de me Bogosse avait détruit qq chose en moi. Je suis désolée mais même étant un taiseux de 1ere catégorie il y a des situations où il faut parler pour s’en sortir. Mais malgré tout, devant ma détresse Mr Bogoss était d’un mutisme imperturbable.

Mon portable vibre sur mon bureau. Je regarde ma montre 8h18. Appel matinal qui n’annonce généralement rien de bon. Mr Bogosse s’affiche.. Quand on parle du loup..

– Flippette      : Allô

– Mr Bogosse : Flippette ?

– Flippette  : Qui veux tu que ce soit ? ta mère ?- Oui qu’est ce qu’il y a ?

– Mr Bogosse : J’viens de me faire sucrer mon permis !

– Flippette : QUOI ?

– Mr Bogosse : …. ba vouai…. pour excès de vitesse

– Flippette : sans déconner dis-moi que c’est pas vrai…!!!

– Mr Bogosse : 150 sur l’autoroute au lieu de 110 km/h

– Flippette : Putain de merde *********(suite censurée) MAIS comment on va faire pour nos RDV ?

Mr Bogosse : de quoi tu parles ? Quels  RDV ?

Flippette : Quels RDV ? QUEL RDV PUTAIN ! j’ai hurlé …

Mon portable à fini parterre et à éclaté en mille morceaux, et j’ai crié de toutes mes forces un : Va te faire foutre 😩

See You Soon…

 

Lien

Le jour où tout a commencé..

LE JOUR OU TOUT A COMMENCE

Vendredi. Je suis à l’arrêt depuis 3 bonnes minutes. Circulation alternée cause travaux.  Allez-y la patience  est l’une de mes plus grandes vertus !!!

Soudain, mon cœur s’emballe sans vraiment de raison. Je ressasse encore et encore l’année qui vient de s’écouler. Ce temps qui court et qui réduit , à chaque seconde,  mes chances d’être maman.

Là, je me dis que MR Bogosse n’a pas ce genre de pensées matinales, que son esprit est libre et qu’il n’est certainement pas encombré par ce genre de pensées négatives. Que son ventre ne se tort pas sous cette peine immense qui me ronge. Que LUI mène une existence paisible sans être sans cesse assailli par par ce genre d’angoisses.

Hier encore je l’ai fusillé du regard lorsque je l’ai « surpris » entrain de siffloter dans la cuisine. Quoi ? Comment ose-t-il être de bonne humeur ??? Comment ose t-il être heureux ?

C’est là que tout a commencé je crois.

J’ai commencé à lui en vouloir réellement. A le rejeter, à le mépriser carrément. A me dire que finalement il s’en tapait et que oui finalement ce n’était pas sa priorité. Car en réfléchissant bien, jamais non jamais, il n’a émit le moindre besoin viscérale d’avoir un bébé. L’idée a fait son chemin dans mon cerveau, s’est immiscée dans mes veines m’a transpercé le cœur et à  envahit tout mon être. Me suis sentie seule. Désespérément seule. Les larmes ont coulées. Je l’ai carrément haïs.

See you soon..

 

 

Coucou, I’M BACK

J’ai longuement hésité à revenir. Plus d’une fois, je me suis connectée et  déconnectée. Je n’arrivais pas à écrire. Quelques lignes. Impossible de me raconter. Impossible d’aller plus loin. J’étais réellement détruite, même vous lire ne m’apaisait plus. J’étais ivre de colère, ivre de rage quasiment tous les jours.

Je ne supportais plus rien ni personne. je ne supportais plus ma vie. Ma douleur était infinie. Je crois que seules vous Pmettes, pouvez comprendre ce que je ressentais. Mon cœur était brisé ainsi que tous mes rêves. Ma vie n’avait plus aucun sens plus aucun gout, je ne me reconnaissais plus. Personne  ne pouvait  comprendre ma souffrance.  les : « ca va aller » les : « pense a autre chose « ou « passe à autre chose »  le mutisme de Mr Bogosse, ont fini par me détruire complétement, j’ai pensé au pire  tellement la douleur était immense et  je voulais que tout cette souffrance s’arrête.  Même aujourd’hui encore lorsque je vous écris les larmes coulent…

Cela fait  3 ans maintenant…. trois longues années, ou pendant lesquelles NON je ne suis pas partie en vacances,  NON je n’ai pas déménagé  au bord de la mer, et NON je n’ai pas non plus  changé de job (ou le machisme règne) et suis devenue d’un coup fertile !  NON, NON rien de tout ça, rien de toutes ces conneries choses que l’on peut lire dans des Romans à la Agnès Martin Lugand,  j’ai simplement continué a survivre.

Mr Bogoss s’est éloigné de plus en plus. Il a  fini par comprendre que rien ni personne ne pouvait combler ce « manque de maternité ».  L’amour s’en est allé avec lui. Je ne lui en ai même pas voulu (ou rien qu’un peu tout de même) j’étais comme anesthésiée et je me sentais mieux seule…..et enfin je pouvais me laisser des poils au pattes… 🙂

Je tiens aujourd’hui a reprendre ce blog pour raconter ce qui s’est passé pendant ce laps de temps , pourquoi aujourd’hui ? Je ne saurai le dire. Mais je tenais à remercier les Pmettes qui ont continuées à prendre de mes nouvelles, donc  peut-être par respect pour vous… vous les 144 personnes qui me suivent.

 

See you soon

 

Le monde est trop petit.

Il y a quelques mois,  j’avais rdv dans un tout nouvel institut de beauté.  Mon esthéticienne habituelle étant fermée pour congé maternité-bis (ba voui apparemment ca n’arrive qu’aux autres), j’ai du me résoudre à changer mes habitudes, trop contente de ne plus voir son ventre s’arrondir  de mois en mois.

Me voila donc, installée sur  la toute nouvelle table d’épilation tel un phoque échoué sur la banquise, dans un cadre assez relaxant je dois l’avouer. Je me dis que je vais pouvoir fermer les yeux et me laisser aller, si toute fois l’ épilation peut me le permettre.

Mais c’était sans penser tomber sur « l’arracheuse de poils »  la plus bavarde  que j’ai pu rencontrer ! C’est bien ma veine, moi qui avait passé une semaine bien « pourrite-pourrite » .

La sympathique et dévouée esthéticienne essaie donc tant bien que mal d’engager la conversation : les vacances, le temps, la manucure,  etc… tout y passe…Voyant mon enthousiasme monosyllabiques débordant, elle oriente la conversation vers…devinez vers quoi ???? BINGO : la maternité ! F*ck…

J’aurais mieux fait de lui faire une longue tirade sur ma fascination quasi maladive pour les shampoings ou les bienfaits du silence.

Ô cruelle Vie…Ô cruelle pas de chance, me voila donc embarquée dans une conversation que je n’ai pas souhaitée.

Elle  directe part sur le sujet qui fâche : Vous avez des enfants ?

Moi : Non..(pincement au coeur qui s’emballe, je ne sais même pas pour quelle raison a chaque fois j’angoisse des qu’on me pose cette question)

Elle : Ah !!!

Moi in petto : eh vouai !  tu vas ramer ma belle pour continuer la conversation ! jte l’dis mouaaaa ! Petite rire de connasse intérieur (ba on se marre avec c’qu’on a !)

Elle : moi j’en ai deux…mais et j’ai eu du mal a les avoir…

Moi in petto,en mode Putage :wouai j’vois l’genre : elle a du attendre un C2 voir tout au plus un C3 nan ?

Elle : qui continue son monologue  : Si on m’avait dit qu’aujourd’hui a 40 ans passé je serait maman de deux petites filles…

Moi in petto : plus de 40 ans ? elle ? Merde elle en parait 30 !  Punaise c’est quoi son secret ? bon je m’égare la…

Bon et je dois répondre quoi là ? Je suis incapable de faire la conversation, lui demander comment s’appelle ses deux petites puces ? Faire ma BA ?  Mon dieu comme j’aimerai être ailleurs une fois de plus. J’ai pas pris mon bouclier,  j’ai peur d’y laisser encore des plumes…..MAIS POURQUOI CA TOMBE TOUJOURS SUR MOI !  J’ai pas voulu ca moi ! J’étais juste venue me faire rafraîchir le minou tranquillou !

Allez : Pocker-face Flippette, sourie à la dame !  Pas eu le temps de répondre que la « fausse-jeune » reprend sa conversation.

Elle : j’ai une infertilité inexpliquée,

Bing mon coeur fait BOOM…hein ! Merde une copine d’infertilité inexpliquée sous mon minou nez !

Je ne dis rien, trop choquée par sa révélation aussi naturelle, que si elle me donnait le nom des ses enfants. Alors que de mon coté j’essaie a tout prix de garder ce terrible secret !

Elle me décrit  des situations que je connais trop, qui ravivent en moi ces souvenirs douloureux. Elle me raconte ses grossesses  sans me poser de questions sur mes « non-grossesses » a -telle compris ? Elle fini par faire l’éloge de Mister « T » mon « Dieu-Gyneco » que je vénère de jour en jour. Je suis entre de bonne mains j’en suis persuadée tout le monde pense du bien de ce doc.

Sans le savoir elle m’a un peu, je dis bien « un peu » car chaque histoire est différente, remonté le morale. Elle a donc eu ses deux filles pendant un parcours de Pma de seulement 1an (je dis « seulement » sans aucune méchanceté), mais attention non pas à la suite d’une IAC ou une FIV, mais à chaque fois entre la pose des traitements ! c’est dingue non ?

Je me souviens avoir pensé :  putain si ca pouvait m’arriver à moi !

Voila cette petite anecdote n’est pas très intéressante je vous l’accorde, c’était uniquement pour constater que finalement on est certainement proche ou non de certaine personne dans la même galère que nous sans le savoir, ce fut le cas ce jour là.

See U Soon

 

 

 

Branlette espagnole

Bon avec un titre pareil, je vais certainement faire exploser le nombre de visites  de mon blog et attirer tous les pervers  des alentours ! Messieurs vous pouvez passer votre chemin vous aller être terriblement déçus !

Donc je reprends…

La sonnette de l’entrée retentie une deuxième fois et mon cœur s’emballe un peu plus…c’est dingue je pensais être blasée?? Mais apparemment non. Mr et Mme Happy font leur entrée. Bises et sourires de circonstance. Ils sont suivis de prés par Moustache tout sourire. Et je meurs devant ce ventre rond. J’en ai déjà marre, je n’en peux déjà plus, fatiguée de devoir faire semblant encore et encore. Je ne peux pas ouvrir la bouche. Aucun compliment ni félicitation ne sort de ma bouche s’en est trop. J’ai juste envie de me tirer. BORDEL donnez moi la force.  Je me consume de l’intérieur un feu immense s’embrase dans mes entrailles. Mr Bogosse lui ne laisse rien paraître.  Je crois qu’il ne me voit même plus. C’est comme ca. C’est devenu ainsi depuis qq mois entre nous. Il ne réagit plus. Me laisse souffrir en silence, je me demande s’il voit d’ailleurs ma souffrance au quotidien. Il me délaisse.

Je prie pour que la conversation s’oriente vers les indiens d’Amazonie ou sur l’augmentation du prix de la baguette, mais non, bien évidemment  toute l’attention se porte sur Moustache. Tout le monde s’émerveille devant cette grossesse. Mais pourquoi ?????? Quoi de plus banal pour eux ! Tout le monde en va de sa petite question bienveillante. Et c’est a ce moment là que c’est arrivé c’est a ce moment-là pendant ce dégoulinage de mièvrerie prénatale que j’ai quasiment hurlé comme une dinde : « et c’est qui le papaaaa  ? »

Moustache : ya pas de père.. C’est une FIV Espagnole !

Mme happy : ohhhhh (elle a du trouver ca formidable hein???)

Flippette : comment ca ?

Et la j’ai cru que j’allais exploser devant autant de connerie. Je suis désolée je vais certainement en blesser ou révolter plus d’une mais pour moi ce fut un véritable étalage de la bêtise humaine et j’ai enfin mieux compris pourquoi la pma est si restrictive et si exclusive en France.

Moustache : nan j’ai pas voulu m’emmerder avec un mec ! Sérieux,  c’est mieux comme ca. Les deux pères de mes deux filles sont deux vrais connards alors j’ai arrête les frais. Enfin » les frais » si je peux dire ca ! car elle m’a coûté tout de même 10000 euros cette petite dite-elle en pointant son ventre et sans compter le prix du billet AR pour l’Espagne. J’en suis presque a 12000 euros de frais. Heureusement que ca pris du 1er coup !

1er coup ! mais ou t’étais DNLP ? Hein ?  Tu trainais certainement ta couenne de P. chez Flippette !

Je préfère être honnête, je ne fais pas du « politiquement correct » dans ce blog, je vais certainement en choquer plus d’une. Mais, je n’ai pas été émue, ébahie ou contente pour elle, devant cette prouesse PMA. J’ai même trouvé ca dégeulasse oui vraiment dégeulasse ! A ce moment la, au plus profond de moi, de mon cœur de mes entrailles une révolte sans nom a créé en moi un tsunami de douleur.

J’ai trouvé ca tellement injuste ! Pourquoi c’est si facile pour elle pourquoi bordel, pourquoi on lui accorde ca à elle. Pourquoi « ce caprice » de célibataire qui s’ennuie à abouti ? Je lui en ai voulu à mort ! voulu d’avoir volé une chance à un couple hétéro, à un couple gay,  à une femme seule, là n’est pas le problème, c’est le fait qu’elle n’ai pas exprimé cette horrible envie viscérale d’être mère à tout prix comme nous l’avons toutes nous Pmette. J’ai ressentie cela comme un caprice de working girl riche ! Non je ne dirais pas oh la pauvre elle devait souffrir en silence, et son vœux a été exaucé.

Je la bombarde de questions de plus en plus méchantes. Tanpis si je suis démasqué en tant que Pmette aigrie

Flippette : Mais à quel moment tu as décider ca ?(ca t’es venue comme une envie de pisser .?) Tu as déjà deux enfant ? Qu’est ce qu’ils ont dit tes filles ? Pis ca te dérange pas de ne pas donner un père à ta fille ? et l’organisation c’est déjà compliqué de gérer les rdv pma en France alors a l’étranger ? Les contrôles, les pds, l’épaisseur de l’endomètre ? Etc etc… ton boulot (elle a un super job en plus, a responsabilités en plus, donc câblée proprement parlant !! )

Moustache : Ils m’appelaient la veille et je prenais l’avion et voila. Mes filles s’en foutent. Pis les père pour c’que ca sert hein ???

Plus elle me répondait avec enthousiasme et plus je rageais au fond de moi.

Flippette : Et les donneurs ca ne te dérange pas de ne pas savoir qui ils sont ? alors que t’aurais pu tout simplement lever un mec dans un bar, demander a un pote che pas moi mais pas une e Fiv de convenance bordel!!!

Moustache  : J’ai essayé plusieurs mecs mais apparemment mes ovaires sont trop vieux s’exclame t’elle en riant. Pour les donneurs j’ai pas pu choisir la couleur des yeux c’est con hein ?  (putain j’vais m’la faire !) Sinon les donneurs sont jeunes, du coup j’ai même pas d’amniocentèse a faire ! par contre j’ai viré ma gynéco, elle m’a soulée en me disant qu’elle était pas trop pour ce « genre de pratique ».

Aa ah je me poile grave moi.

Flippette : ah ben c’est cool, elle parlera espagnole directe la petite ! que j’ai sorti comme une connasse…

Voila ce que j’ai du endurer. Je sais que certaine d’entre-vous vont me trouver terriblement égoïste, mais je maintiens ce que j’en ai pensé ce jour la. Elle a transformée notre combat, notre peine en une grosse « pouallade » sur fond de mer espagnol !

Je suis partie le cœur re-re-re-brisé (je ne compte même plus le nombre de fois ou il s’est brisé) avec un Mr Bogosse presque indifférent a ce qu’il venait de se dérouler. Il m’a juste dit : « c’est débile » après que je lui ai demandé ce qu’il en pensait.

En y repensant,  je crois que c’était l’une des pire soirée que j’ai connue.

Sincèrement qu’en pensez-vous ? Qu’auriez-vous ressenties si vous aviez été à ma place.

See U Soon

 

 

 

 

 

 

 

Moustache

C’est un post plutôt en mode « Putage, du politiquement pas correct, du langue de vipère puissance 1000, du  100% nullipare aigrie, bref vous avez saisi le truc quoi !

C’était il y a déjà quelque mois maintenant ou des lustres peut-être j’ai perdu toute notion de temps avec mon hibernation. Nous étions convier Mr Bogosse et moi à  l’anniversaire de mon meilleur ami que nous appellerons Lhermite (comme Thierry vu qu’il lui ressemble ba voui).

Bien entendue Flippette qui s’est transformée en hyène depuis bien longtemps n’en peut plus de toutes ces soirées ou l’on tombe forcement sur une maman épanouie ou une « Mum to be », ou tout simplement des gens heureux ! Et là j’étais certaine de tomber sur « Mr et Mme Happy » que je supporte de moins en moins, vu que « Mr et Mme Happy » sont toujours Happy,  et qu’ils seront forcement là vu que ce sont aussi les amis de mon meilleur ami (vous me suivez ?)

Mme Happy est tout bonnement INSUPPORTABLE elle trouve tout formidable, tout génial, tout le monde gentil, tout le monde passionnant ! C’est le genre de personne avec un sourire scotché à la face 24h sur 24 ! Vous voyez le genre ? Le genre de personne bien chelou avec une voix toute douce et des idées très fleur bleue sur tout,  Bref elle me ressors par tous les pores de la peau.

Arrivés sur place bien avant tous les invités, je demande à mon ami si « Mr et Mme Happy » vont venir,  et malheureusement il me répond par l’affirmatif. Je fais le tour de la situation : il est bien trop tôt pour commencer à boire et bien trop tard pour se barrer incognito, donc je vais encore subir leur mièvrerie de couple amoureux.

Je m’assoies dépitée à coté Mr Bogosse imperturbable lui. Là le téléphone  de Lhermite sonne. Une conversation s’engage sans que j’y prête vraiment attention, mais soudain des mots viennent ricocher contre mes tympans : « Ah, pas grave t’es excusée va »… tu t’es endormie ? ce sont les hormones ca »  ok on t’attends t’inquiète.. Môman »

Et voila, il ne m’a pas fallu un doctorat « décryptage conversation téléphonique »   ni même 4 ans de pma pour comprendre en 5 secondes qu’une « pregnant bitch » ferait partie dans qq minutes de notre petite sauterie. Putain de merde. Putain de vie de merde. J’en ai plein le c.. ! Finalement mr et mme Happy  s’est du pipi de chat a coté de ce qui m’attends.

Flippette genre j’ai pas écouté  : c’était qui ?

Lhermitte : Moustache

(Bon ok c’est dégueulasse comme surnom mais je vous assure elle a de la moustache et ca n’a pas l’air de la déranger outre mesure, pis je vous avais prévenu c’est un post putage, je me lâche, j’vais défoncer virtuellement la gueule a tout le monde vi vi vi vi !)

Flippette : Elle vient pas?

Lhermitte : si si  elle aura juste un peu de retard, elle s’est assoupie sans vraiment s’en rendre compte !

Flippete : Narcoleptique ?

Lhermitte : non, non..Ahhhh je vous ai pas dit ? Elle est enceinte, c’est chouette non ?

BINGO Allez on l’enfonce encore un peu plus ce couteau, bientôt il va me ressortir par l’anus !  Bon Lhermitte  n’est pas au courant de notre combat, du coup je ne lui en veux pas de son petit « c’est chouette non? »  Je m’en veux juste a moi d’être la !

Bon à partir de maintenant toutes celles qui ne veulent pas lire des horreurs sont priez de sortir ou de se mettre des boules quiès (vouai chui hyper drôle en plus !)

Flippette in petto genre pétasse aigrie :  Moustache enceinte ? Mais de qui ? Elle est célibataire, elle a 46 ans !   Elle a déjà une fille de 20 ans et une de 8 avec deux pères différents.  Elle vomis les hommes, elle profite de son célibat dans des histoires sans lendemain et compare la virilité en cm de toutes ces conquêtes (et wouai ya des nanas qui font ca)  et ELLE A DE LA MOUSTACHE bordel DE LA MOUSTACHE !

Flipette : ah bon elle a un mec ?

Lhermitte : non pas de mec,  c’est une FIV !! elle va vous raconter !

Hein….quoi WTF ? J’ai failli bondir et m’accrocher au rideaux ! Bordel c’est quoi ce délire qu’est ce qu’il me raconte. Une fiv de célibataire ? c’est nouveau ca  ? si Lhermite n’avait pas un doctorat en psychologie  et un père médecin je crois que je me serais fait pipi dessus, devant tant d’ignorance !

Et là, la sonnette de l’entrée a retenti, mr Bogosse s’est enfoncé un peu plus sur le canapé.  Mon cœur s’est emballé et j’ai fixé le sol.

Partez pas la suite est encore plus succulente …enfin je crois..

see u soon

Revenir pour finir

Toc toc, y’a quelqu’un? C’est moi…Flippette, vous vous souvenez de moi ?

Bon voila, j’ai essayé de suivre vos vies les copines… en vain (j’ai certainement beaucoup de retard)  Comme tant de fois déjà, j’ai fini par m’écarter,  j’ai vécu comme dans une bulle ou seule ma tronche comptais. Et wouai ! Comme une vraie connasse d’égoïste. Mais je vous rassure ca ne guérit rien, ca fait juste du bien un temps, mais c’est tout !

A chaque fois que je me connectais pour écrire, une boule au fond de la gorge se formait j’avais des sueurs froides, j’etais comme paniquée. Je n’y arrivais plus, vraiment plus du tout. Je ne sais pas quel syndrome de merde j’ai développé à ce moment là, mais j’ai renoncé à ce blog pendant très longtemps, j’ai fini même par ne plus me connecter du tout, à en oublier même mon mot de passe. A vous dire…

Aujourd’hui, je veux clôturer définitivement ce blog, j’en ressens le besoin, je n’ai plus grand chose à raconter. Je veux tourner la page et peut-être faire autre chose de mon super talent de compteuse :-).

Je veux le clôturer avec « classe » avec une vraie fin comme un roman, car bien évidement il y a une vraie fin. (Au cas ou un éditeur me lirai et qu’il veuille me publier, sait-on jamais..à défaut l’infertilité peut fertilisé mon compte en banque ! je plaisante bien évidemment)

Alors si vous êtes d’accord pour continuer à me lire encore « un peu »,  je continues encore « un peu »…

See U Soon

 

Hier encore j’avais 20 ans….

C’est parce que j’ai soufflé une énième bougie il y a qq mois que cette phrase à raisonné fort en moi lorsque je l’ai entendu à la radio.  Et oui hier encore j’avais 20 ans ! Aujourd’hui que me reste -il de ces années d’insouciance ??? Pas grand chose à vrai dire non ?

L’autre jour, en passant devant un groupe d’ado qui profitaient des deniers rayons de soleil, fumant, riant, se vannant, je les ai tout bonnement envié. Et c’est bien la première fois que j’envie des ados (lol). L’âge ingrat n’a jamais fait rêver personne. Mais oui, j’ai envié leur joie de vivre. Leur insouciance. Leur nombreuses années qui leur reste encore avant d’entrer dans la vraie vie.

Ce même jour, j’ai croisé encore une fois la maman de mon ex meilleure amie « Nelly », vous voyez de qui je parle ? NON ??? Ben alors vous ne me lisez pas, bon je vous mets le lien ici MY BIG BITCH IS BACK…parce qu’on en a toute une dans notre entourage.. et la MY BIG BITCH…..PART II

J’ai demandé des nouvelles de Nelly. Si elle se sentait un peu mieux ? (Si toutefois on peut aller mieux après avoir vécu un tel drame) Et comme a chaque fois, les larmes ont coulées sur le visage déjà triste de cette Maman. Apparemment Nelly ne veut toujours pas retourner chez elle. Elle a repris son travail, elle  est même partie  en vacances avec une amie, mais elle n’arrive toujours pas a retourner vivre chez « eux ».

Et entre deux sanglots, elle me balance cette phrase en plein tronche  :

Mamanépleuré = – Si au moins elle avait eu un enfant !

Touchée, coulée..Flippette vient de se bouffer le trottoir.

Flippette = Mais si je me souviens bien Nelly n’en voulait pas non ? Elle n’a jamais voulu être mère ?

Mamanépleurée : Mais si, mais si Flippette ils adoraient tous les deux « les gamins »!

Flippette : Quoi ? Mais je pensais le contraire, elle m’a toujours dit que non.

Mamanépleuré : elle ne peut pas en avoir, à cause d’un traitement contre l’acné qu’elle a eu pendant très longtemps dès son adolescence.

Attention mes chères Pmettes, je ne veux SURTOUT pas vous affoler. Je vous vois d’ici réfléchir à quel traitement contre l’acné vous avez eu. Je ne sais pas si ce que cette Mamanépleuré dit  vrai, je vous raconte uniquement tel quel ce qu’elle m’a dit. Elle m’a même donné le nom du-dit médicament dont j’ai oublié le nom. Mais oui tout comme vous j’ai flippée ma race et j’ai cherché a me souvenir du nom de mon traitement. Bordel  serait-ce ca la raison de mon infertilité ? (on est prête a croire a tout) Apparemment, attention je dis bien « apparemment » cela a été confirmé par son médecin !!!! et.. cerise sur le gâteau…que même si Nelly avait réussit a enfanter un jour, elle aurait eu un enfant fortement handicapé ! hein ? c’est quoi ce délire ?

Apres le choc de cette annonce passé, je me suis dit :  cette horrible personne que j’ai cru qu’elle était depuis si longtemps, n’était qu’en fait une énième femme en souffrance. Son coté obscure, méchant, et infecte vis a vis de la gente féminine était tout simplement sa manière de réagir face a cette infertilité qui la rongeait elle aussi ??

Oui, hier encore j’avais 20 ans et je badigeonnais la tronche d’une crème anti-acné…

Quelqu’un a eu vent déjà d’un cas identique ???

NB : je suis de tout cœur avec toi Mamzzellfleur, je croise fort pour que tu aies le plus beau cadeau de Noël du monde !

See U Soon

 

 

Chacun son chagrin..

Je continue à  lire vos blogs et continue a être triste pour nous.  Pour nous toutes qui commençons a désespérer sérieusement. C’est encore difficile, voir utopique, pour moi d’imaginer une issue heureuse. Même Mr Bogosse commence a baisser les bras. Comment lui en vouloir ?

Pendant mes vacances j’ai de nouveau pu constater àquel point la nature est mal faite. Je crois encore aujourd’hui qu’elle est terriblement injuste. Partie triste en vacance j’en suis revenue tout aussi triste.  Un événement difficile a  gérer m’a remis les pieds sur terre, moi qui pensais encore bêtement que partir loin m’aurait arraché un peu à ma triste réalité d’infertile.

Nous sommes donc partis pour plus de trois semaines histoire de faire un mega break et  de ne revenir qu’après la rentrée scolaire histoire de m’épargner toutes ces images dont les médias nous inondent tous les ans.

Les premières semaines ont été plutôt sublimes. Soleil, plage, bouffe, alcool, farniente, balades nocturnes, gelati, siestes et compagnie ont fait de moi une autre femme. Comme si j’avais laissé ma carcasse toute cabossée en France. Je ne vais pas vous mentir je n’avais pas un sourire scotchée a ma face 24h sur 24 mais j’ai pu devenir une autre moi et ne plus parler de ce mal qui me ronge, sans pour autant l’oublier bien entendu.

La suite a été beaucoup moins cool, vous vous doutez bien…

Partis, avec ma cousine chérie, dont je vous ai déjà parlé ici X et 3 autres couples  (moyenne d’age 35/40 ans et sans enfants) pour visiter la cote italienne tout se passait plutôt bien. Même si mon cerveau ne pouvait s’arrêter de cogiter en se demandant sans cesse POURQUOI aucun de ses couples n’avaient pas d’enfants ! Bon, j’ai réussi a ne pas leur poser la question et même a ne pas en faire la remarque  a Mr Bogosse.

Un jour en fin d’après midi, je remarque la mine déconfite de ma cousine. En route pour une des plus belles plage de la région je me dis que je trouverais bien un moment pour lui parler discrètement. Sur place, installées sur cette sublime plage je la regarde droit dans les yeux et lui demande :

Flippette : Qu’est ce qui ne va pas ?

Elle : Oh rien…

Flippette: arrête.. dis moi, ca ce voit que ya un truc qui va pas !

Elle : j’ai du retard !

Flippette (ravalant ma salive) : de combien ?

Elle : d’au moins une semaine…. et je le sens … je suis enceinte…

Flippette : S. est au courant ?

Elle : oui je le lui ai dit ce matin.

Flippette: et … ca te fait pas plaisir ?

Elle : Non… je n’en veux pas Flippette, pas maintenant ..

Ce « Je n’en veux pas » m’a arraché les tripes.  Le « pas maintenant » m’a piétiner le cœur. Et malheureusement les larmes me sont montées aux yeux.

Elle, sentant mon malaise (ne sachant rien de mon combat) : je sais c’est monstrueux ce que je dis, je suis une personne horrible..

Flippette : Pourquoi tu n’en veux pas ?

Elle : c’est pas le moment… je suis en procès avec mon ex, j’ai ma société a gérer seule, j’ai deux employées qui veulent se barrées, je me marie l’année prochaine… je ne pourrais pas tout gérer en même temps…. et je te rappelle qu’ici avoir un enfant en dehors du mariage est très mal vu…

Voila ce j’ai du subir en silence. Sans porter aucun jugement, j’ai du prendre sur moi pour ne pas hurler devant autant d’injustice. Cette pute de DN ne fait pas les choses à moitié ! Elle m’a ensuite parlé de l’avortement, ce qui pour moi a été très difficile a entendre.

Les jours qui ont suivis on été tout aussi sympathiques.

J’ai été en pharmacie pour acheter deux tests de grossesses. Enfermées dans les toilettes j’ai assisté au pipi sur le bâtonnet quelle m’a tendue de suite. Et j’ai vu SES deux putains de lignes s’afficher,  j’ai gardé ce test pendant une éternité dans ma main en m’imaginant ma réaction s’il avait été à moi.. (moment très malsain je vous l’accorde). J’ai hoché la tête en direction de ma cousine, qui a eu un demi sourire les yeux mouillés de tristesse. On s’est serrées très fort dans les bras. On a pleuré ensemble, chacune son chagrin. Je lui ai demandé si elle était certaine, vu qu’elle a « tout de même » 36 ans, et qu’un avortement c’est très difficile à vivre et que si dame nature a été clémente peut-être qu’elle ne le sera pas une deuxième fois. J’ai essayée tant bien que mal de la dissuader…. en vain.

Plus tard dans la soirée, S. est arrivé. Son regard était las et triste. Il m’a demandé si j’étais au courant.Il m’a dit qu’il le voulait lui cet enfant. Qu’il s’en foutait du ‘qu’en dira ton » et qu’il était la. Que cet enfant c’est aussi son enfant. Ca été très difficile de ne rien dire, de ne pas dire a ma cousine de ne pas faire « ca ». La tristesse de S. m’a imprégnée.

En fin de soirée Mr Bogosse  m’a  remis les idées en place avec une phrase assassine qui je l’avoue m’a remise à ma place. Mr Bogosse : Ne mélange pas tout Flippette, c’est SON  choix ne l’oublie pas, et non le tien, ce n’est pas TA vie mais la sienne ok ?

Voila comment j’ai terminé mes vacances avec un gout amer dans la bouche…

NB : Tout c’est bien passé pour ma cousine (si je peux m’exprimer ainsi)  l’avortement a eu lieu le lendemain de mon départ…Aujourd’hui j’y pense encore.

See U Soon